FSALE

Antoine nous ramène sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, comme l'a entreprit dernièrement notre directeur-général le colonel (er) Jean Habourdin.
Une leçon d'humilité, construite autour de belles sensations simples, d'une rencontre avec eux-mêmes à jamais ancrée dans un coin de leur mémoire là, où s'incrustent les marques de gentillesse et les petits bonheurs. Ils y rencontre ces formes indéfinies, mal ébauchées, imaginées en chrysalides et qui se transforment en magnifiques papillons que sont les symboles de liberté, d'espoir, de sérénité, de fierté personnelle quant à l'accomplissement d'une rude épreuve qui ne peut être utile qu'à soi-même.
La retraite mène à tout, ne nous trompons pas de chemin et gardons en nous des forces pour revenir...et...nous raconter encore et encore jusqu'où peut nous porter une solitude choisie, celle qui fait oublier un temps ce monde où les gens ne savent que penser à leur confort matériel et à eux-même.
Bonne lecture.

CM


"El camino"… les chemins de Compostelle:
Après la lecture de l’excellente réflexion de notre ami Christian sur la marche et qu’il a intitulée « Le marcheur parisien », je me suis remis à penser à Saint Jacques de Compostelle et au pèlerinage dont cette ville est le but.
Le chemin de Saint Jacques est venu à moi à travers ma connaissance de cette ville, où habite l’un de mes amis, et aussi à travers les récits et l’enthousiasme d’une inestimable amie qui l’a fait deux fois. L’une de ces fois, accompagnée de sa sœur et de ses deux neveux : une fillette de 10 ans et un garçon de 13.


Certains de leurs récits de portions du voyage, joyeux ou désespérés, m’ont procuré d’excellents moments de franche rigolade. Je les revois en photo, équipés de ponchos et marchant sous la pluie, ressemblant tout à fait à deux oiseaux dépenaillés…


Les « je te déteste » du parcours, adressés à la tante, alternaient avec des « dégaine ta carte bleue » à l’étape… Les récits des deux adultes m’ont donné réellement envie de découvrir ce « camino » que des milliers de personnes, de nationalités diverses, empruntent.
Il y a là, du mysticisme religieux à l’exploit sportif, une volonté farouche de voir, de constater, de ressentir des émotions qui ne sont accessibles qu’aux marcheurs, à ceux qui se lancent sur ces chemins de Compostelle dont la cathédrale devient une quête, le quasi inaccessible que l’on doit atteindre. Certains en rêvent, d’autres le font !
Un aumônier militaire, affecté à la maison-mère, m’avait appris qu’il avait fait le pèlerinage en hiver. Moins d’encombrement, certes, mais bien plus de difficultés. Je ne suis pas particulièrement masochiste, mais j’ai décidé de parcourir ces routes et ces pistes au début de la mauvaise saison, aussi.
La retraite, bien que pensée et organisée, était pesante. Je me découvrais totalement incapable d’inaction. J’avais pourtant d’innombrables hobbies. Cherchais-je un nouveau cap à donner à ma vie ? Une simple distraction ? Me prouver mes capacités physiques ? C’est probable… mais j’étais conscient que cela se terminerait et m’obligerait à revenir à la case de départ du Monopoly du retraité.
Le « Camino » a surgi comme une « lumière », un moment de pause, d’arrêt, de réflexion. Ce fut un voyage complètement différent de tous ceux que j’avais entrepris jusque-là. Que voulais-je ? Où allais-je ? Qu’est-ce qui ne me rendait pas heureux, conscient que j’étais d’avoir vécu une vie professionnelle et sociale trépidante, pleine d’imprévus, de rencontres uniques, de lieux, de moments… ? C’étaient quelques-unes des questions que je me posais au quotidien. Cette longue marche m’a rappelé, qu’au final, c’est nous qui devons chercher dans nous-mêmes de nouveaux chemins et rester attentifs aux signaux que nous fait la vie. Ce fut une expérience inoubliable, une sensation de liberté, de non-compromis, de détachement, de confrontation avec moi-même et avec les autres et de recueillement aussi. Malgré, parfois, les difficultés, tout me paraissait magique autour de moi. Il y avait moi et la Nature. La sensation de pureté et de simplicité m’envahissait à chaque instant. Les personnes croisées, les paysages traversés, l’imposant patrimoine rencontré, cathédrales majestueuses ou de simples églises aux précieux retables, témoignant de la foi de nos populations chrétiennes, le changement de vie par l’abandon, provisoire certes, de mon petit confort convenu, sont inoubliables ! Ma carrière légionnaire m’a largement équipé pour affronter toutes sortes de situations, mais le « Camino » m’a remis en mémoire, combien les choses simples de la vie sont puissantes et importantes, sinon essentielles !

AM

 

Commentaires   

+1 #1 MORISOT 16-11-2021 08:46
Je me suis toujours dis qu'un jour je partirai sur les chemins de Saint-Jacques, il ne faut pas le dire mais le faire comme beaucoup de choses après ? Après il est trop tard, le temps fait son office, bonne excuses surement mais un regret inconsolable quand même !

You have no rights to post comments

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.