Imprimer
Catégorie : Infos FSALE
Affichages : 901

Ce n'est pas dans nos habitudes de raconter des anecdotes qui ne touchent pas de près ou de loin la Légion étrangère. En cette période de rentrée, cet amusement est un petit clin d'oeil qui ne pouvait rester sans être diffusé, un vrai régal...

"Tout le monde connait l’immortelle phrase de Neil Armstrong, premier terrien à avoir marché sur la lune en 1969 : « Un petit pas pour un homme, mais un pas de géant pour l’Humanité ». D’ailleurs, je me suis toujours demandé dans quel état d’esprit Armstrong avait prononcé ces mots : est-ce que c’était préparé depuis des mois ? Depuis la veille ? Est-ce qu’il avait le choix de dire ce qu’il voulait ? Est-ce qu’il avait répété devant sa glace ? Est-ce que c’est ça qu’il avait prévu de dire ? Cette phrase serait-elle devenue immortelle s’il avait plutôt dit « What the fuck, d’la balle j’achète ! » ?

Bref.

Toujours est-il qu’à la suite de ces quelques mots, Neil Armstrong en a prononcé quelques autres : «Good luck, Mr Gorsky ».

Et pourquoi donc ? Et qui est ce Gorsky ?

Vous vous posez la question, comme ça, par curiosité, mais à l’époque, ce message mystérieux a provoqué des recherches frénétiques de la CIA et du FBI. On était effectivement en pleine guerre froide et la consonnance crypto-russe du nom avait fait croire à certains qu’un espion soviétique s’envoyait en l’air aux frais du contribuable américain (genre le type aurait envoyé un message codé au Kremlin depuis la lune, alors que le monde entier avait les yeux braqués sur lui…).

Pendant près de 30 ans, Armstrong a refusé d’expliquer le sens de cette petite phrase, malgré les tracas que ça a pu lui causer à l’époque. Puis, en 1995, lors d’une conférence de presse à Tampa, Floride, Armstrong a dévoilé le mystère, monsieur Gorsky étant décédé peu de temps auparavant.

Quand il était gamin, le petit Neil (parce que Neil, ça va mieux à un gamin qu’Armstrong, qui rime avec seringue) jouait au base-ball avec un ami dans l’arrière-cour de sa maison. Son ami a frappé la balle qui a atterri juste au pied des fenêtres de la chambre à coucher de leurs voisins qui s’appelaient Gorsky.

Pendant qu’il se penchait pour ramasser la balle, le futur astronaute a entendu Madame Gorsky crier à monsieur: « Une pipe ? Tu veux une pipe ? Je te ferai une pipe quand le gosse des voisins marchera sur la lune ! ».