FSALE

Peinture de PyC *

En 1914, dès ses premiers jours, cette première guerre mondiale avait donné aux soldats français le sentiment qu’ils allaient vivre un événement historique court; nul ne pouvait à l’époque prévoir la durée de la guerre. Quelques  cinq ans plus tard, au moment de la signature de l’armistice,  les acteurs de cette horrible “boucherie des tranchées” ont cherché à expliquer cette guerre en la racontant telle qu’ils l’ont vécue. Il semble bien qu’elle   était  incompréhensible pour le Français moyen et que ce dernier était bien incapable d’expliquer comment ce conflit avait commencé. Mais vouloir à tout prix  ne publier que les lettres des soldats consentants, trouble la réalité au détriment d’une vision qui mettrait en sourdine les contraintes exercées par le pouvoir militaire et civil avec les exemples d’insoumissions  nombreuses. Cette image s’est renouvelée quelques  21 ans plus tard, en particulier en Allemagne où certains allemands ne souhaitaient pas, par conviction religieuse  ou politique, endosser l’uniforme. Ceux-ci n'avaient de commun avec ceux-là "que" le fait d'être fusillés...

14 – 18, revient donc à la une de l’actualité. Plus de cérémonie officielle aujourd’hui, "covid 19" impose sa loi, seules certaines municipalités autorisent, en petit comité, un simple dépôt de gerbe. Il n’en faut pas plus pour que disparaissent  à jamais le devoir de mémoire et les guerres dans les livres scolaires d’Histoire.

Je suis très curieux de voir comment nous nous y prendrons pour  intéresser nos jeunes aux témoignages des poilus, en séparer le grain de l’ivraie, éliminer les “faux discours” et prendre chaque récit pour ce qu’il est: "le retour d’expériences horribles des soldats qui expliquent avec émotion  ce qu'ils ont vécu.

Les historiens-écrivains commencent tous leurs articles en affirmant que la mobilisation au début de la guerre s’était faite dans le cadre de la Nation, de la défense de ses valeurs et de ses ressorts avec une mention particulière pour le devoir envers la Patrie. C’est ce qui  explique sûrement le courage, l’esprit d’abnégation et de sacrifice  dont la grande majorité des soldats firent montre pendant presque cinq ans d'une manière qui force l'admiration.

Qu’en restait-il fin 1918 au moment de la fin de la guerre ?

Ce conflit a fait 1 400 000 morts, tombés sous l’uniforme français. Les soldats rendus à la vie civile étaient désemparés, ils trouvèrent leurs régions dévastées, l’infrastructure agricole et industrielle détruite,  pour beaucoup d'entre eux, une nouvelle vie était à reconstruire.

Au cours d'une  de mes lectures sur le sujet, je suivais  les questions qui étaient posées aux soldats napoléoniens sur leur capacité à appréhender le danger qu’ils vivaient et je constate aujourd'hui, qu'il existe une certaine similitude avec celles qui pourraient être posées aux poilus: “Comment un homme réussissait-il à faire face à une mort certaine sans éprouver le réflexe de se dérober ?  Comment les soldats du premier rang pouvaient-ils monter à l'assaut sachant très bien que le premier rang serait anéanti par la fusillade ennemie ? Comment pouvaient-ils tenir, immobiles, à subir le feu d’une artillerie pendant plusieurs heures avant d’entrer en action ? Comment un soldat réagissait-il voyant ses camarades tomber autour de lui et comment pouvait-il combler les brèches sachant qu’il serait le prochain ?"

Autant de questions communes aux guerres napoléonienne et à celle de 14 – 18, qui se posaient sur la manière d’affronter la mort et que le seul culte de l’Empereur et la volonté de porter les idées révolutionnaires ou autres à travers l’Europe ne me semblaient pas raisons suffisantes…

Qu’en serait-il de la prochaine guerre qui semble malheureusement se dessiner ?  Aujourd'hui on rassemble suffisamment de motivations pour qu'elle se fasse. Une certitude: cette fois-ci, nous ne risquerons pas d'en oublier les motifs qui l'auront déclenclenché !

Rendez-vous sur objectifs ! Une évidence s’impose, il n’était pas possible de ne pas en parler, mais, au regard de ce qu’ont été les conséquences de cette guerre de 14 - 18 et plus tard de celle de l'idéologie Nazi ; on est en droit de douter de la nature de l’homme, ce bon sauvage comme disait  Jean-Jacques Rousseau…

CM

* Précisions : « Le cri », œuvre d’Edvard Munch qui expliquait une allucination visuelle et auditive.

PyC, ne s’était absolument pas inspiré de ce tableau pour présenter la "peur du poilu". Seule explication, le subconscient de notre artiste légionnaire qui cultive et emmagazine sans cesse une impressionnante connaissance de tout ce qui touche la culture artistique picturale du monde entier. De quoi amorcer l’avenir avec des œuvres inspirées du passé et du présent d’une richesse artistique sans limite. »

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 209 invités et aucun membre en ligne

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.