FSALE

 

Monsieur Guy Paris est entré à l'Institution des Invalides de la Légion en 1957 pour une petite durée, de quoi  apprendre aux anciens légionnaires un passe-temps qui leur permettrait de leur faire oublier, par une activité occupationnelle, de graves blessures   physiques et morales.

L'aventure, durera 43 ans pendant lesquelles monsieur Paris à fait montre d'une intégration remarquable et remarquée. Retraité, il écrit un livre sur ses années au domaine capitaine Danjou à Puyloubier. Cet observateur civil nous apprend beaucoup sur les directeurs de l'Institution  qui ont marqué, à différentes époques, cette remarquable maison ou solidarité active n'est pas un vain mot. Monsieur Paris m'avait demandé d'écrire un texte pour son livre, je  le soumets à votre appréciation. 

"D’excellents artistes sont morts dans la misère alors même que certains autres, médiocres, ont eu un succès mondial, mondain et financier. Le jeune homme qui venait de terminer son service militaire ne se posait pas ce genre de question quant à prévoir son avenir d’artiste. Pour lui, vivre de son art était une joie même si cela devait l’amener dans de sombres voies de garage ou la lumière de l’esprit  brille peu et où parfois, l’inspiration aboutit à des extravagances artistiques. 

La vie, tout jeune, lui avait appris que pour pouvoir vivre son art et de son art, il lui fallait abandonner un peu de sa liberté de  création au profit de certaines contraintes, indispensable obligation pour survivre dans une société où il est peu ou pas admis de vivre en marge.

Sous quelle forme pouvait-il s’engager professionnellement en plaçant cet art au centre de sa vie et de sa profession, tout en étant conscient ne pas être un génie,  mais bien un homme à la recherche du beau travail au profit du bel ouvrage ?

Peu avant, en 1954, la Légion avait regroupé sa cohorte de grands blessés, victimes de la guerre d’Indochine, au château dit « le Général », vaste propriété de 220 hectares sise sur la commune de Puyloubier, au pied même de la montagne Sainte Victoire si chère à Cézanne qui l’a rendue célèbre. Elle avait trouvé l’endroit idéal pour que ses fidèles serviteurs, marqués dans leur chair et sans doute dans leur esprit, puissent vivre à l’abri d’autres aléas de la vie, entre eux, chez eux et non chez les autres.

Mais l’oisiveté étant la mère de tous les vices, l’idée de  trouver des occupations se faisait jour ; encore fallait-il trouver des moniteurs pour ouvrir des ateliers qui restaient à imaginer, à construire et à mettre en œuvre dans l’enceinte du domaine,    permettant la réinsertion de ces hommes marqués par les guerres, parmi les autres hommes.

C’est ainsi que la Légion étrangère fit appel à ce tout jeune artiste au nom capital, Paris.

Pour Guy Paris, c’était l’occasion de vivre de son art  même si, en contrepartie, cela signifiait pour lui la perte d’un peu de sa liberté créative en tant qu’artiste indépendant.

Monsieur Paris, comme tous l’appelaient, accepta le challenge et se mit à réaliser les conditions de ce qui allait devenir une des plus intéressantes activités du Domaine. C’est tout naturellement que sous sa patte, l’atelier de céramique, cet art issu de la conjonction de la terre et du feu, a vu le jour dans ce riche paysage de Provence si bien chanté par Mistral et si propice à la création. Petit à petit monsieur Paris réussit le tour de force de faire de  nos anciens, des santonniers et artisans céramistes, sous  l’œil expert du maître, patient et généreux, qui leur offrait son savoir faire, sa jeunesse et son enthousiasme de créateur.  

Notre jeune artiste devenu professeur semblait, pour un temps, dégagé des contingences matérielles. Un seul danger guettait : le possible glissement vers les fantasmes d’une reconnaissance artistique, devant se plier malgré tout au conformisme commercial – il faut bien manger pour vivre – et l’enfermement dans une bulle égocentrique, sans aucune possibilité d’en sortir.

Heureusement, pour l’Institution et pour les pensionnaires de l’atelier, monsieur Paris avait contracté le virus du beau travail au profit du bon travail.

C’est ainsi que cet homme, profondément humain et témoin de la vie en communauté des anciens légionnaires, parvint à devenir un véritable pilier de l’Institution qui l’employait. La satisfaction des différents Directeurs qui s’y sont succédé et qui l’appréciaient à sa juste valeur n’était pas feinte. Ce jeune homme d’alors, à la surprise de tous, réussit à gérer parfaitement et d’une main habile et généreuse  cet espace d’une importance capitale, qui offrait aux  pensionnaires la conviction salutaire d’être utiles et d’exister encore pour quelqu’un, grâce à lui et à une activité artistique, quelquefois apprise un peu à leur corps défendant. Ce « civil » sut, par son travail,   sa discrétion, la qualité des relations humaines tissées, s’imposer et trouver parfaitement sa place au milieu des légionnaires. Il comprit l’esprit de cette Légion qui le considéra comme l’un des siens en lui attribuant la distinction de légionnaire d’honneur, ce titre tant envié.

 

Aujourd’hui, retraité après 43 ans au service de la Légion à Puyloubier, monsieur Paris nous dit à travers ce livre, ce que fut sa vie, consacrée à son art et aux anciens légionnaires dont il avait l’amitié, la responsabilité, l'estime et aussi la confiance.

Artiste de cœur, il précise à qui peut ou veut l’entendre  qu’il aspire désormais à faire ce qu’il veut, quand il veut et à la vitesse qu’il veut… mais  en réalité c’est ce qu’il a fait toute sa vie durant, malgré les contraintes imposées.

Sculpter pour se nourrir revient à travailler par nécessité, certes, mais également pour son propre plaisir et pour le plaisir des autres ; l’artiste doit se réaliser. L’Institution des Invalides de la Légion étrangère lui a offert une forme de liberté doublée d’une indiscutable sécurité et la possibilité de pérenniser son travail, clé d’une existence réussie. La Boétie ne disait-il pas que : « la réussite était la laisse de la servitude volontaire » ?

Monsieur Paris, comme tout artiste qui se respecte, veut atteindre de nouveaux horizons dans la pratique de son art. Ce retraité se sent aujourd’hui libre, pour réaliser ce plongeon dans l’inconnu et dans le mystère que lui dicte  sa vocation. C’est une énergie remuante comme le vif argent.  Ce sont les élans qui font les grands artistes de ce monde. Monsieur Paris   artiste distingué par le titre de meilleur ouvrier de France, impose le respect par une belle œuvre au service de nos anciens légionnaires. Il a mon amitié et mon estime pour ce bout de chemin que nous avons fait ensemble sur le chemin de la solidarité légionnaire.

Merci l’artiste." 

CM

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 127 invités et aucun membre en ligne

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.