FSALE

 

« Je serais presque inquiet, que se passe t-il, que m’arrive t-il ? j’étais mieux avant, le bien être me serait-il intolérable quand depuis des d’années j’étais devenu habitué aux situations misérables. J’ai le sentiment qu’il est vraiment trop difficile de se retrouver brusquement sans autre souci que celui de se laisser vivre, c’est presque insupportable…

La misère, c’est une sorte de glissement incontournable, une aspiration, qui vous entraine impuissant dans une noyade marginale, de celle qui vous fait vivoter en marge d’une société indifférente à votre sort… Un trou, où les seules plaisirs sont de vrais poisons: alcool et toutes ses dérives, maladie, paresse, drogue, malnutrition. Pour y échapper, seul l’errance apporte une fragile ébauche passagère de solution. En fait, on s’enfonce  un peu plus dans une position sans lendemain. Alors, il arrive un moment où plus rien n’a réellement d’importance, vivre autrement semble inconcevable, la bascule vient de se faire, vous respirez là où vous êtes, à la recherche d’une petite pièce de monnaie. Mendicité qui se fait sans complexe à ces personnes venues d’un autre monde qui passe devant vous, sans un regard ou pire : affichent ostensiblement leur mépris. Heureusement, certaines d‘entres-elles, prisent de pitié, vous accorder leur obole providentielle, un os pour le chien.

« Le sentiment de fierté et le besoin de dignité qui dans une vie antérieure marquaient ma manière de vivre n’existent plus, je n’ai plus d’autres ambitions et motivations que celles d’offrir à mon corps épuisé ses litrons de « pinard ». Exercice parfois périlleux compte tenu de la concurrence, mais seule et unique préoccupation qui  m’enlève toutes illusions de liberté, nourrir mon alcoolisme est devenu une obsession permanente et ma raison de vivre. »

Quant il m’arrive de rencontrer ces étranges animaux que sont les humains, certains veulent me venir en aide et  souhaitent me « sortir de là », comme ils disent. Je réalise alors toujours et bien vite à leur contact, que leur marché propose, une insupportable conduite, celle de reprendre ma vie d’avant, celle qui m’a poussé à vivre assis, à regarder circuler les inconnus d’en bas. La loi de la nature est sans concession, je connais même des groupes de jeunes, filles et garçons qui arpentent souvent avec leurs chiens la « civilisation », jeunes victimes d’un système social pour eux aussi inadapté. »

Ainsi s’exprime en arrivant au domaine capitaine Danjou notre camarade « homme sans nom » que je surnomme d’une manière irrévérencieuse : « Paul-Frédéric ».

Une semaine après, affichant à son plus grand désintéressement un compte en banque représentant la totalité des sommes versées mensuellement depuis sa retraite, Paul-Frédéric est retourné dans la rue.

No comment !

CM

 

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 383 invités et aucun membre en ligne

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.