FSALE
vendredi 28 septembre à 19h30: Projection du film "jeunesse aux coeurs ardents" à Puyloubier

vendredi 28 septembre à 19h30: Projection du film "jeunesse aux coeurs ardents" à Puyloubier

Film de Cheyenne Carron en projection à Puyloubier à 19h30 "salle des Vertus" en présence de la réalisatrice:

Allez à l'ESSENTIEL" de l'information avec l'actu Légion étrangère

Allez à l'ESSENTIEL" de l'information avec l'actu Légion étrangère

Nouvelle rubrique: L'ESSENTIEL Journaux d'actualités sélectionnées par la Communication Légion étrangère.

Cérémonies mémorielles à Villers-Cotterêts des combats du RMLE en 1918

Cérémonies mémorielles à Villers-Cotterêts des combats du RMLE en 1918

CEREMONIES  DU  12 SEPTEMBRE  ORGANISEES  PAR  LA  FSALE        (Avec un concours des plus efficaces de l’AALE de l’Oise) Pour bien comprendre l’importance de ces 2 cérémonies, à la Nécropole…

-->

C’est son écriture qui le trahit. Une de ces écritures inoubliables. Chacune de ses lettres est un tableau, écrit à la plume, avec ses pleins et ses déliés, à l’encre noire.

De belles lettres bien faites, lisibles avec des “T” élancés, des “M” obligatoirement majuscules et des “L” qui tiennent debout, droits comme des “I” et semblent vouloir atteindre le ciel.

Une écriture jeune qui n’indique pas son âge. Mais quel est donc son âge ?

A première vue, il est austère, distant, doté d’un physique un peu rondouillard, il se promène en saluant d’un petit signe de la tête ceux qu’il croise. Au cours de ses promenades, Il ne s’arrête jamais et marche vite comme s’il avait un rendez-vous, c’est un homme pressé qui a peu de goût pour les déplacements inutiles. Ce qu’il aime par dessus tout, c’est parcourir d’un pas alerte les paysages familiers des environs boisés, passer saluer son arbre fétiche qui sait si bien écouter ses confidences, renifler l’odeur de la forêt embrumée de la fraîcheur matinale, toucher les feuilles parées des perles d’eau de la rosée d’une nuit et prier un instant sans savoir pourquoi ou tout simplement s’isoler dans un lieu qu’il est seul à connaître. Les chemins empruntés sont pour lui intimes, gaillardement il parcourt les petites pistes aux couleurs apaisantes, les animaux sont ses amis, les arbres ses partenaires, seule méfiance: celle de l’homme, silhouette incongrue dans ce décor intime, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il venait dans cet endroit sans mauvaises intentions. 

Chaque début de semaine, il fixe son calendrier, détermine les rythmes de ses journées, n’acceptant pas le moindre écart de conduite, la moindre entorse à ce qu’il avait prévu et n’apprécie ni les intrus, ni les changements. Tout retard l’agace, toutes contrariétés le mettent dans un état second.

Un adage précise que tout sujet mérite opinion mais pas discussion. Ses sentiments sont ceux d’un homme simple: il aime ou il n’aime pas et qualifie volontiers “d’idiot” ceux qu’il juge idiots, ne dit-il pas "qu'un chat est un chat" et défend “bec et ongles” les gens qu'il estime. Il a choisi de subir le soleil la moitié de l’année, la brume et la pluie l’autre moitié, il dit à qui veut entendre qu'il est :"imbécile de dire à moitié vide, puisque le vide n'est rien on ne saurait être la moitié de rien par contre deux moitié du temps de l'année lui convient sans besoin d'explication. C’est un privilège de vivre là où l’on est le plus inspiré. Il a pris l'habitude d'écrire quotidiennement un journal ininterrompu, donne son avis sur tout, se confie au papier, imprime ses impressions, peut-être un jour écrira t-il un livre. Il se moque  de ce que l’on peut penser de lui ne prétendant pas imposer sa vérité. Heureusement il sait se moquer de lui-même, il s’en amuse et s’en régale même et saisit impulsivement, d’instinct, toute allusion qui le touche de près et réagit toujours d’un bond, vif, impertinent.

En fait, c’est un affectif, c’est ainsi qu’il se promène en toute liberté, sans faire de compromis, affichant ses convictions, ses amitiés et ses inimités. Il sait depuis longtemps qu’il ne s’agit pas de convaincre mais de troubler et il y réussit parfaitement.

Tout entier dans ses promenades, « Titi » parait toujours plongé dans une profonde réflexion, insensible à tout ce qui l’entoure, il interroge et attend les réponses qu’il détruit et qu’il construit.

Où va t’il, vers qui, pour aller où ? tel est cet homme pressé qui ne sait pas où il va, mais qui ne saurait échapper à son destin…

Dans son quartier, certains disent de lui avec considération: « C’est un ancien légionnaire ».

 

CM

 

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 330 invités et aucun membre en ligne