FSALE
Centenaire de l'Amicale de Genève: 20 mars 2018

Centenaire de l'Amicale de Genève: 20 mars 2018

En 2015, Antonio Da Silva Manteigas, ancien du 2ème REP ayant participé à l’opération “Bonite” à Kolwezi, prend la présidence de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Genève:…

Histoire 14/18: LcL (er) Antoine Marquet: "Le Christ des tranchées""

Histoire 14/18: LcL (er) Antoine Marquet: "Le Christ des tranchées""

"Le Christ des tranchées"                                                                           La participation portugaise à la première guerre mondiale est rarement évoquée. Les causes de cet engagement sont diverses et assez mal connues. L’assassinat du roi…

AG de l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère du Val d'Oise

AG de l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère du Val d'Oise

Le dimanche 04 février 2018 s’est déroulée l’Assemblée Générale de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère du Val d’Oise, dans la salle d’honneur de la Mairie de Villiers Adam…

Assemblée Générale de l'AALE 35

Assemblée Générale de l'AALE 35

C’est par une très belle journée ensoleillée et en présence du général Mariotti, représentant du grand Ouest pour la FSALE, que l’AALE 35 a tenu son assemblée générale comme tous…

-->

D’une tranchée française…

Source : « LES CROIX DE BOIS » de Roland DORGELES .

« Les betteraves aux hautes fanes et les herbes folles des champs incultes trempaient les jambes jusqu’aux genoux et tendaient des collets aux pieds pesants. On ne voyait rien. Le monde s’arrêtait à quelques pas, la terre noire et le ciel confondus. A peine devinait-on les silhouettes penchées des camarades. Parfois un homme trébuchait et s’abattait de tout son long, dans un affreux tintamarre de gamelle, de quart et de bidon. Alors, sur toute la file, des rires étouffés couraient.

Soudain Gilbert entendit  comme un souffle rapide qui s’enflait, et au même instant, il vit la longue file d’hommes s’abattre. Il fit comme eux. Un éclair éclata avec un terrible fracas de cuivre et de ferraille. Les éclats, en jurant, vinrent fouetter le sol et l’acre fumée se rabattit »

 

… à une tranchée allemande.

. « Chose curieuse, BEHM fut un des premiers à tomber. Lors d’une attaque, il reçut un coup de feu dans les yeux et nous le laissâmes pour mort sur le terrain. Nous ne pûmes pas l’emporter avec nous, car nous fûmes obligés de reculer précipitamment. L’après-midi, nous l’entendîmes tout à coup  appeler et nous le vîmes qui essayait de ramper entre les tranchées. Il ne s’était qu’évanoui. Mais, comme il n’y voyait plus, et que ses souffrances le rendaient fou, il négligea de s’abriter, de sorte qu’il fut tué avant que quelqu’un ait pu s’approcher pour le ramener »

Source : « A l’ouest rien de nouveau ». de Erich Maria REMARQUE.

 

 

LES HEROS DE TOUTES LES GUERRES : 1914/1918.

 

Lieutenant  GALLOCHIN  Lucien  Hilaire :

                  Domicilié à Coligny (51)-

Affecté au 13 RA le 19 octobre 1904, puis au 1 RE le 26 octobre 1908.

Grades successifs : -Caporal le 02-03-1910, sergent le 26-03-1912-

                                      -Adjudant le 07-11-1914, Sous-lieutenant le 07-04-1915-

                                      -Lieutenant à titre temporaire le 19-05-1915, puis à titre définitif le 26-06-1916.

Campagnes : Algérie du 32-10-1908 au 26-03-1910-

                     - Maroc du 07-11-1910 au 11-11-1911-

                     - Algérie du 12-11-1911 au 20-03-1912-

                     - Confins sahariens du 21-03-1912 au 04-04-1912-

                     -Algérie du 05-04-1912 au 28-04-1912-

                    - Maroc oriental du 29-04-1912 au 02-05-1913

  -Algérie du 03-05-1913 au 10-06-1913-

  -Maroc oriental du 10-06-1913 au 20-08-1913-

  -Contre l’Allemagne à / compter du 02-08-1914-

Tué à l’ennemi le 17 avril 1917 à Auberive. Mort pour la France.

Monument aux morts de Coligny (51) et Puyloubier (13)

Citation à l’ordre de l’Armée :

« Au Maroc oriental, au combat de Sangal le 20 avril 1913, chef d’une section engagée sous le feu ennemi pendant 4 heures. L’a commandé avec un grand sang-froid, avec beaucoup de calme et d’énergie. A fait progresser sa section avec beaucoup de méthode. »

 

Sergent ALTORFER : Né le 20 mai 1881 à Zurich (Suisse)- ( Dossier incomplet)

                  Engagé volontaire pour 5 ans à la Légion étrangère le 01-03-1903. Matricule 12053.

                  Rengagé pour 1 an le 12-03-1906 au 1er Régiment Etranger.

                  Rengagé pour 4 ans le 07-03-1909, affecté au 2éme Régiment Etranger.

Grades successifs :

                  -1ére classe le 21-04-1905, caporal le 11-11-1913.

                  -Sergent le 07-09-1914.

Campagnes :

                  -Algérie du 17-03-1903 au 17-03-1906.

                  -Tonkin du 18-03-1906 au 28-01-1909.

                  -Algérie du 01-06-1909 au 17-09-1910.

                  -Tonkin du 18-09-1910 au 01-02-1913.

                  -Algérie du 02-02-1913 au 01-08-1914.

                  -Contre l’Allemagne à/compter du 02-08-1914.

Tué à l’ennemi le 11 novembre 1917, secteur de Bernecourt (54). Mort pour la France.

Inhumé au carré militaire de Zurich (Suisse).

 

Caporal MAROLDT Louis : né le 30 septembre à Larochette (Luxembourg)-matricule 33743.

                  --Engagé volontaire pour la durée de la guerre le 20-10-1914.

                  -Incorporé au 3éme Régiment de Marche du 1er Régiment Etranger.

                  -Passé au 2éme Régiment de Marche du 2éme Etranger le 16 juillet 1915.

Grades successifs :

                  -1ére classe le 1er janvier 1916. Caporal le 4 mai 1917.

Campagne :

                  -Contre l’Allemagne du 21-10-1914 au 14-10-1917.

                  -Tué à l’ennemi le 14 octobre 1917, secteur de Bernecourt (54). Mort pour la France.

Citations :

                  -A l’ordre du Régiment le 27 juillet 1916 : « Agent de liaison de son unité, a assuré pendant les journées des 4 et 5 juillet, d’une façon parfaite son service spécial, malgré un violent bombardement et le feu des mitrailleuses. »

                  -A l’ordre du Régiment le 10 juillet 1917 : « Bon gradé courageux et dévoué. Très belle attitude lors des attaques de Champagne le 17 avril 1917.

                  -A l’ordre de la Division le 2 septembre 1917 : « Intrépide et magnifique type de soldat. Le 20 aout 1917, a assuré la liaison entre les diverse de sa compagnie malgré les barrages ennemis et le feu des mitrailleuses. »

                  -A l’ordre de l’Armée le 14 novembre 1917 ( à titre posthume) : « Excellent gradé doué des plus belles qualités militaires. Le 14 octobre 1917, au cours d’un bombardement, s’est héroïquement sacrifié pour maintenir le bon ordre dans son secteur. »

 

Légionnaire de 1ére classe ROGNON  Edmond : matricule 38521-

                  Né le 5 décembre 1894 à Neufchatel (Suisse).

                  Engagé volontaire le 2 février 1916 pour la durée de la guerre.

                  Incorporé au RMLE le 5 février 1916. Affecté aux unités du front en mai 1916.

                  Légionnaire de 1ére classe le 19 mai 1917.

                  Tué à l’ennemi le 14 octobre 1917, secteur de Bernecourt (54).Mort pour la France.

Citations :

-A l’ordre de la Brigade le 15 mai 1917 : « Grenadier d’élite, qui du 17 au 20 avril 1917 a mené le combat de boyaux avec entrain, mettant en fuite des groupes importants de l’ennemi. »

-A l’ordre du Régiment le 30 septembre 1917 : « Belle conduite au cours des combats du 2 aout 1917. »

-A l’ordre de la Division le 23 novembre 1917 (à titre posthume) : « Brave légionnaire deux fois cité. Mortellement blessé le 14 octobre 1917 en accomplissant son devoir malgré un vif bombardement. »

 

 

Caporal SANDMEYER Edouard : matricule 41570.

                  Né le 16 avril 1890 à Chonex (Suisse).

                  Tué à l’ennemi le 14 octobre 1917, secteur de Bernecourt (54).

                  Mort pour la France.

                  Inscrit au monument aux morts de Genève (Suisse).

 

 

Légionnaire CAFIOLI  Etienne : matricule 29160.

                  Né le 20 juillet 1894 à Gênes (Italie).

                  Engagé volontaire le 21 janvier 1915 pour la durée de la guerre.

                  Tué à l’ennemi le 14 octobre 1917, secteur de Bernecourt (54).

                  Mort pour la France.

                  Inhumé à la Nécropole Nationale de Flirey (54), tombe 1843.

 

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 1222 invités et aucun membre en ligne