FSALE
Le code d'honneur et la prière de l'ancien légionnaire

Le code d'honneur et la prière de l'ancien légionnaire

Pour mémoire: Deux anciens légionnaires, un venant de Puyloubier hébergé à l'hôpital Laveran de Marseille et un autre à Auriol dans sa propre chambre, avaient été retrouvés après  leur décès…

Journée du 12ème anniversaire de la création de l'ALOC

Journée du 12ème anniversaire de la création de l'ALOC

L'Amicale des Légionnaires d'origine coréenne (ALOC) à la fête !   Au bar, au cours du pot, deux musiciens amateurs offraient un concert de musique traditionnelle coréenne avec un accordéon…

CA de la FSALE au Fort de Nogent 16 novembre 2017

CA de la FSALE au Fort de Nogent 16 novembre 2017

  Le C.A. de la FSALE s’est réuni au fort de Nogent le jeudi 16 novembre à 9h30. A cette occasion, il avait été décidé une organisation « innovante », dans le…

-->

 

Cela fait maintenant un petit bout de temps que je souhaitais écrire le résultat de quelques réflexions sur le racisme et s’il est un microcosme où il sévit très peu, c’est bien au sein de la Légion étrangère où il ne saurait être de mise.

Parler du racisme sans en donner la définition n’est pas possible d’autant que chacun d’entre nous possède la sienne propre et il me semble bien hasardeux d’entamer une polémique sur un sujet aussi délicat.

De mes lectures, je retiens que dans un passé assez récent, le concept de races était lié aux classes sociales: on parlait de la pureté du sang bleu de la noblesse qui risquait d’être contaminé par celui de la vulgaire roture.

En 1492, les Amérindiens le découvrent avec stupéfaction. « Puisque ces êtres étranges ne sont pas mentionnés dans “la cité de Dieu” de Saint Augustin, sont-ils vraiment humains ?”, s’interrogent les découvreurs d’Amériques. Mais la vision monogéniste qui considère une origine commune à tous les hommes, tous descendants d’Adam et Eve, exclut tout racisme biologique.

Aujourd’hui, le concept de races humaines est scientifiquement dénué de sens. Le goût pour la bougeotte de nos ancêtres était si important que les gènes humains n’ont cessé de se mélanger. Autant de brassages qui permettent d’affirmer que les gènes des membres de l’espèce humaine sont semblables à 99%. De ce fait, subdiviser l’humain en races relève de l’arbitraire le plus total, un strasbourgeois et un lyonnais peuvent présenter plus de différence l’un vis à vis de l’autre qu’un Inuit pour un pygmée.

Le problème ne se situe pas à ce niveau, puisqu’il existe bien des peuples à la physionomie caractérisée et dans ce sens, les races sont bien des réalités physiologiques.

Il est intéressant de se remettre en mémoire l’exemple d’un grand et puissant peuple usé, détruit, dans sa période avancée par une masse trop grosse d’éléments étrangers, au point, qu’il n’a pas la force de l’assimiler: l’empire Romain.

Que n’avait-elle pas assimilé la Rome des origines: non seulement toutes les tribus voisines mais aussi, les Etrusques, les Gaulois, etc… Très vite, la reine du monde est submergée, Rome est mangée par le dedans.

Aujourd’hui, nous ne lisons plus les écrivains de Rome sinon, nous n’aurions pas commis (peut-être), les mêmes fautes. On sait ce qu’était hier notre politique à l’égard des étrangers. Depuis longtemps, ils accouraient nombreux sur le sol français, attirés par l’agrément de la vie en France.

En 1918, on crut devoir faire appel à une immigration en masse pour combler les vides creusés par la guerre.

En 1931, des blocs énormes se constituaient, difficilement assimilables.

En 1934-35, une nouvelle vague d’étrangers comprenant des réfugiés politiques et confessionnels de toute provenance vint grossir les rangs déjà excessifs profitant de la traditionnelle hospitalité française. L’époque n’était pas à la réflexion comme le montraient la diminution des naissances, le recul du sentiment français devant l’internationalisme, le développement continu des idées de révolte, d’anarchie, les progrès de l’égoïsme individuel et du matérialisme. De plus, tout ce qui aurait pu faciliter l’assimilation des étrangers manquait: un enseignement public de la fierté du passé national et l’effort de l’éveil chez l’enfant d’une solide tradition dans la littérature et les arts, livrés presque entièrement à des influences extérieures. Faisait défaut, un gouvernement fort sachant se faire obéir et exerçant une surveillance attentive.

Comme autrefois, dans la Rome impériale, ce fut l’élément étranger qui prit le pas sur l’élément national. On vit, à l’image d’aujourd’hui, des “naturalisés” de fraîche date occuper les hautes fonctions dans les administrations et les grands corps de l’Etat, s’introduire dans les chambres et jusque dans le gouvernement. Ce que pouvait être l’action de ces hommes et femmes, même en ne leur supposant pas de mauvaises intentions caractérisées, vient de leur sympathie qui va exclusivement au groupe qui leur a offert les moyens de s’élever et qui continue de les appuyer. Ils s’intègrent dans un parti et non à la Nation.

La grande majorité de mes camarades naturalisés disent que la nationalisation ne doit jamais être hâtive et automatique en dehors du droit de devenir français non “par le sang reçu mais par le sang versé”.

L’étranger est une réelle force pour un pays ; ce sang neuf évite bien des déboires liés à la consanguinité, mais dans la mesure où son intégration peut se faire au-delà de ses convictions religieuses et idéologiques qui gonflent les organisations de révolte sociale, fournissent une armée toute prête, oriente et dirige l’opinion publique et s’empare des agences d’information, des journaux, de la radio, de la librairie, du cinéma, du théâtre.

Nous vivons dans un monde trouble, en mouvement permanent qui nous fait obligatoirement réfléchir sur ce que sera demain pour nos propres petits-enfants.

Malheureusement aujourd’hui, aucune possibilité ne nous est donnée pour faire changer cette marche de l’histoire qui nous entraîne dans un monde où l’être humain ne sera plus jamais chez lui.

Au sujet du racisme, que m’a appris la Légion ?

Celle-ci m’a appris que nos différences sont un rempart contre cette noyade programmée où tout le monde finirait par se ressembler, fort du principe que nous attendons des autres ce que nous ne pouvons attendre de nous-mêmes…

Nous disons aujourd’hui que le monde devient chaque jour plus petit et en effet, avec nos moyens modernes, l’homme du bout du monde peut entrer, en quelques secondes, en communication avec cet autre à l’opposé de son monde.

Ce qui fait la force de la Légion, ce sont les différences entre les identités infiniment variées et chacune a besoin d’utiliser à son profit la différence et la spécialisation de l’autre.

Chaque homme est unique, irremplaçable, il connaît quelque chose qu’aucun autre homme ne connaît. Il peut donc apporter aux autres, son expérience. C’est parce que chacun de nous est inimitable à partir d’une donnée humaine commune que chacun a besoin de tous, tous de chacun. La véritable nature de la fraternité, c’est le besoin des autres. Si ce fourmillement de différences n’existait pas, personne n’aurait besoin de personne… Pour le légionnaire, la fraternité est un besoin essentiel, pratique, matériel, spirituel, c’est ce qui lui permet d’être admis dans une structure unique où chacun apporte à l’autre l’aide de son unicité. Sans ce besoin rigoureux, un vœu pieux, totalement dépourvu de sens. Si les hommes se ressemblaient, la fraternité ne serait pas possible. Ne dites jamais que l’homme Noir et l’homme Blanc sont le même homme; ils ne le sont pas et c’est pourquoi l’homme blanc a besoin de l’homme noir, l’homme jaune de l’homme blanc, c’est ce qu’on appelle la vocation universelle de l’homme ce qui veut, aussi, dire cultiver les différences culturelles, physiques, pour le développement, la richesse et la fécondité du fond humain commun.

Ce qui attire un homme vers un autre, c’est sa différence, notre avenir est ouvert à toutes les directions. Respecter un Noir, un Blanc ou un Jaune parce qu’il est un autre vous-même, mais ne pas le respecter parce qu’il est différent, voilà le véritable racisme auquel aboutit le narcissisme du soi.

Nous habitons des mondes différents, nos cultures sont différentes et nos races, nos idées, nos aspirations ne pourraient nous mener à un monde homogène, à une seule race, à une seule culture, à une seule vision que par un tragique malentendu.

La Légion a compris tout cela et pourrait donner, à ce sujet, bien des leçons !

CM

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

IMAGE
Le code d'honneur et la prière de l'ancien légionnaire
vendredi 24 novembre 2017
Pour mémoire: Deux anciens légionnaires, un venant de Puyloubier hébergé à l'hôpital Laveran de Marseille et un autre à Auriol dans sa propre...
IMAGE
Décès de l'ancien légionnaire André Messarot - mle 48 449
jeudi 23 novembre 2017
André Messarot alias Andràs Meszaro Mle: 48 449    Le colonel (er) Pierre Brière, président, et les membres de l’AALE de la Côte-d’Or (...
IMAGE
Journée du 12ème anniversaire de la création de l'ALOC
jeudi 23 novembre 2017
L'Amicale des Légionnaires d'origine coréenne (ALOC) à la fête !   Au bar, au cours du pot, deux musiciens amateurs offraient un concert de...
IMAGE
la BD et la Légion
mercredi 22 novembre 2017
 Bientôt, reprise des aventures de Cabé dans "Képi Blanc".  
IMAGE
Gloire à la Légion par le major (er) Hubert Midy (Suite 8 et fin)
mardi 21 novembre 2017
    BATAILLE D’EL ALAMEIN (1942) : Lieutenant-colonel AMILAKVARI : « Nous étrangers, nous n’avons qu’une seule façon de prouver à la...
IMAGE
Gloire à la Légion par le major (er) Hubert Midy (suite 7)
lundi 20 novembre 2017
Le 14 avril 1908, la 3éme compagnie montée du 1er Régiment Etranger atteint dans la palmeraie de Bou Denib, le Ksar, foyer de la résistance....
IMAGE
le "Beaujolais-nouveau" est arrivé à l'Amicale d'Aubagne
dimanche 19 novembre 2017
Ce n’est pas le fait d’avoir une capacité d‘accueil restreint au sein de leur siège social rénové qui pourrait empêcher une trentaine de...
IMAGE
La lettre du BARLE n°15 Novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
IMAGE
CA de la FSALE au Fort de Nogent 16 novembre 2017
vendredi 17 novembre 2017
  Le C.A. de la FSALE s’est réuni au fort de Nogent le jeudi 16 novembre à 9h30. A cette occasion, il avait été décidé une organisation...
IMAGE
Gloire à la Légion par le major (er) Hubert Midy ( suite 4 )
vendredi 17 novembre 2017
CORPS EXPEDITIONNAIRE AU TONKIN (1884) :   Général De NEGRIER (1884) : « Vous autres, légionnaires, vous êtes soldats pour mourir et je vous...
IMAGE
Décès de l'ancien adjudant-chef Voltos Di Rado à Allauch
vendredi 17 novembre 2017
  Le capitaine (er) José GIL, président, et les membres de l'amicale des anciens de la Légion étrangère d'Aubagne et sa région ont le regret...
IMAGE
Mémoire: "Pourquoi écrire"... Témoignage
jeudi 16 novembre 2017
Je me reporte à Djibouti, en plein pays Afar. Alors que nous marchions sur les pistes caillouteuses du parc national de la forêt du Day, dans les...
IMAGE
A la gloire de la Légion par le major (er) Hubert Midy (suite 3)
jeudi 16 novembre 2017
  Campagne de France (1870)   Général Peytavin: “La Légion vient de faire la besogne d’une division entière.” Pierre 1er de Serbie fait...
IMAGE
A la Gloire de la Légion par le major (er) Hubert Midy (suite 2)
mercredi 15 novembre 2017
La bataille de l'Alma qui se déroula pendant la journée du 20 septembre 1854 sur les rives du fleuve L'Alma, près de Sébastopol est considéré...
IMAGE
AALE Aubagne: décès d'un ami-sympathisant M. Francis Sciacca
mardi 14 novembre 2017
Le capitaine (er) José Gil, président et les membres de l'Amicale des Anciens Légionnaires d'Aubagne et sa région ont le regret et la tristesse...
IMAGE
Gloire à la Légion étrangère par le major (er) Hubert Midy (suite)
mardi 14 novembre 2017
  DEPART POUR LE MEXIQUE (1863) : Le général Deligny, commandant  la Division d’Oran, venu saluer les légionnaires sur le départ :...
IMAGE
11 novembre avec l'amicale d'Aubagne et sa Région
mardi 14 novembre 2017
l'AALE d’Aubagne et de sa Région était présente aux commémorations du 11 novembre sur trois communes.   Aubagne: 9h30 à 11h00: Une forte...
IMAGE
A Villiers Adam dans le 95, malgré le vent, la pluie...
lundi 13 novembre 2017
Samedi 11 novembre 2017, Affrontant le vent et la pluie, Le président, l’adjudant (er) Bernard Dupuis et les anciens légionnaires de l’amicale...
IMAGE
A la Gloire de la Légion par le major (er) Hubert Midy
lundi 13 novembre 2017
Le major (er) Hubert Midy, chargé de la mémoire auprès de la FSALE nous propose … un florilège de citations à la gloire de la Légion...
IMAGE
Info: reprise de la BD dans "Képi Blanc"
dimanche 12 novembre 2017
Nous avons décidé le capitaine (er) Louis Perez y Cid et moi-même de reprendre une page mensuelle de BD des aventures du caporal "cabé" pour...
IMAGE
Une information qui ne peut pas nous laisser indifférents !
vendredi 10 novembre 2017
Impossible, pour nous, de ne pas être sensibles à ce « Mur du chagrin » réalisé en Russie. Cette réalisation spectaculaire est un hommage...
IMAGE
Commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918
jeudi 9 novembre 2017
Eté 1918, si le traité de Brest-Litovs a permis à l’Allemagne, en provoquant la réédition de la Russie, de concentrer son armée sur le front...
IMAGE
La guerre d'Indochine vu par un Ancien
mercredi 8 novembre 2017
huile sur toile de madame Isabelle Maury   J’étais assis à son côté pour le déjeuner qui suivait le grande réunion annuelle de...
IMAGE
Histoire: création de la Légion étrangère en Algérie en 1831
lundi 6 novembre 2017
Polonais de la garde impériale d'après Andréas Rosenberg   Histoire : création de la Légion Etrangère en Algérie en 1831.   Les...
IMAGE
Devoir de mémoire par le major (er) Hubert Midy
lundi 6 novembre 2017
D’une tranchée française… Source : « LES CROIX DE BOIS » de Roland DORGELES . « Les betteraves aux hautes fanes et les herbes folles...
IMAGE
Elévation d'une stèle au nom du lieutenant Emile Brenckle
lundi 6 novembre 2017
Stèle à la mémoire du ieutenant Brenckle   Remarquable initiative de la commune de Riedseltz (Bas Rhin) qui a élevé une stèle à la mémoire...
IMAGE
Il était une fois: A MOI LA LEGION
lundi 6 novembre 2017
  Il était une fois « A MOI LA LEGION »   Il y a déjà plus de 530 membres, éparpillés sur près de 50 pays, qui sont venu nous rejoindre...
IMAGE
Devoir de mémoire avec l'AALE du Var
samedi 4 novembre 2017
N’avons-nous pas un précepte moral qui dit : « La Légion n’abandonne pas ses morts, ni au combat, ni dans la vie ? ». Pour ce qui est des...

A moi la légion

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 212 invités et aucun membre en ligne