FSALE
Major (er) Michel Nandron: Histoire d'un cénotaphe...

Major (er) Michel Nandron: Histoire d'un cénotaphe...

  Très intéressant article adressé par le major (er) Michel NANDRON qui confirme l’adage: « La Légion n’abandonne pas les siens ». Il concerne un des caporaux de la 2° Compagnie du…

"Ecrits vains..." Réflexions personnelles...message en l'air ?

"Ecrits vains..." Réflexions personnelles...message en l'air ?

  Souvenons-nous Lors de mes recherches chez les bouquinistes, j’ai trouvé un petit livret d’un auteur inconnu qui signe “un Français” et qui explique aux écoliers de 1919 l’histoire de…

Avant Congrès de la FSALE 2019 à Nîmes.

Avant Congrès de la FSALE 2019 à Nîmes.

Lors de l’Assemblée Générale de la Fédération des Sociétés d’Anciens de la Légion Etrangère du 12 juin 2018, une information était donnée à l’ensemble des participants, indiquant l’endroit où se…

Assemblée Générale de la Fédération (FSALE).

Assemblée Générale de la Fédération (FSALE).

L’Assemblée Générale Ordinaire de la FSALE s’est déroulée le mardi 12 juin 2018 au fort de Nogent au sein du Groupement de Recrutement de la Légion Etrangère.

-->

 

N'hésitez pas à partager vos souvenirs légionnaires !

 

"Je regardais nostalgique le ciel qui s’empourprait des couleurs de feu d’un soleil moribond qui tardait à disparaître derrière l’horizon.

Alexandre, jeune légionnaire d’origine haïtienne de Port au Prince, venait de me rejoindre à ma grande surprise. Ce jeune homme ne parlait jamais, il n’avait aucun contact avec les autres, solitaire cherchant l’isolement, il avait la particularité de paraître toujours absent, ailleurs, triste.

A cette époque, au lendemain des guerres d’Indochine et d’Algérie, la couleur de peau plus sombre que celle d’un berger espagnol bronzé provoquait une forme de rejet, heureusement les temps ont changé, depuis, d’autres critères sont venus qualifier un être humain…

Visiblement envahi d’un trop plein de silence, Alexandre avait besoin de se confier à quelqu’un et je sentais bien dans son attitude qu’il cherchait à me parler, prétentieusement je pensais que j'avais une forme de charisme qui lui inspirait confiance...

Je compris rapidement qu’il me suffisait de me taire pour qu’il parle.

Alexandre entama la conversation d’une manière étrange en me demandant si j’avais des cauchemars ou des colères soudaines. Vois-tu me dit-il: “On ne se cache jamais assez, il fallait que je parte de mon ailleurs, dans un pays où personne ne puisse connaître mon histoire. Alors, seulement à cette condition, je pouvais me sentir libre. Plus j’apprendrai à me taire, plus je pourrais parler librement. Il n’y a pas si longtemps, on disait que j’étais bavard comme une pie, je racontais des histoires, j’adressais la parole à des inconnus dans la rue. Qui aurait pu penser que je parlais pour me taire ? Les mots que je disais servaient à cacher ceux qu’il me fallait ne pas dire. Petit à petit, mes souvenirs s’éclairaient mais ce travail de mémoire, de narration intime arrangeait ma mémoire pour embellir l’insupportable. Je n’étais plus qu’une petite chose bousculée par le destin, aujourd’hui, je veux devenir l’auteur de ce que je raconte, en devenir le héros et ne plus subir, ne plus être l’acteur d’un scénario imposé”.

Pendant qu’il me parlait, j’entendais le murmure de ses fantômes. Qui était-il donc pour souffrir ainsi, qu’avait été sa jeune existence jusqu’à son engagement pour cette Légion lointaine ? Je ressentais pour lui une pitié intriguée qui révélait mon trouble et ma curiosité. “Quand nos fantômes font écho avec ce que nous racontons”, lui dis-je, “ ils provoquent souvent un “mal-être” envahissant qui nous empêche de vivre”. Je ne savais voir comment je pouvais lui venir en aide, il ne pouvait prendre conscience qu’il me contrariait, je me sentais agressé tant j’avais de questions à lui poser. Cependant je restais muet, Je sentais bien que son histoire était impossible à partager. Il me dit: " De temps en temps, regarde la lune et dis-toi en pensant à moi que moi aussi je la regarde, au même moment, en pensant à toi...".

Cette relation de sobre amitié perdura quelques temps après notre instruction, par la suite, je n’ai jamais éprouvé le réel besoin de le retrouver, ni de regarder la lune pour penser à lui.  Quelques années plus tard, quelque part, n'importe où, guidé par le hasard, je le retrouvais bavard comme une pie, il racontait des histoires, il s’adressait à des inconnus dans la rue; à nouveau, il parlait pour ne rien dire…"

CM

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 254 invités et aucun membre en ligne