FSALE
Centenaire de l'Amicale de Genève: 20 mars 2018

Centenaire de l'Amicale de Genève: 20 mars 2018

En 2015, Antonio Da Silva Manteigas, ancien du 2ème REP ayant participé à l’opération “Bonite” à Kolwezi, prend la présidence de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Genève:…

Histoire 14/18: LcL (er) Antoine Marquet: "Le Christ des tranchées""

Histoire 14/18: LcL (er) Antoine Marquet: "Le Christ des tranchées""

"Le Christ des tranchées"                                                                           La participation portugaise à la première guerre mondiale est rarement évoquée. Les causes de cet engagement sont diverses et assez mal connues. L’assassinat du roi…

AG de l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère du Val d'Oise

AG de l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère du Val d'Oise

Le dimanche 04 février 2018 s’est déroulée l’Assemblée Générale de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère du Val d’Oise, dans la salle d’honneur de la Mairie de Villiers Adam…

Assemblée Générale de l'AALE 35

Assemblée Générale de l'AALE 35

C’est par une très belle journée ensoleillée et en présence du général Mariotti, représentant du grand Ouest pour la FSALE, que l’AALE 35 a tenu son assemblée générale comme tous…

-->

La Légion m'a appris à vivre, c’est-à-dire à me tenir debout, en équilibre à la pointe de l’instant présent. La vie se jouait maintenant, il était urgent de la “jouer”, pas un instant à perdre. J’avais compris avant mon engagement qu’il était douloureux de vouloir saisir l’insaisissable et dépasser l’irrévocable. Mes “maintenants” d’avant, apparaissaient pour mourir aussitôt hors des fausses promesses du futur et des radotages du passé, tout cela donnait un autre sens à la vie.

Jankélévitch, dans ses écrits: “le je-ne-sais-quoi” et “le presque rien” disait: “C’est l’heure. Hora! Tout à l’heure, il sera trop tard, car cette heure-là ne dure qu’un instant. Le vent se lève, c’est maintenant ou jamais. Ne perdez pas votre chance unique dans toute l’éternité, ne manquez pas votre unique matinée de printemps”.

Funambule de l’instant, l’essentiel serait de savoir “capturer l’occasion”, art de l’à-propos. Les Grecs nommaient “Kairos” la plus grande vertu militaire qu’utilisait génialement Napoléon, opportuniste de l’instant, qui usait de la décision immédiate avec une énergie portée à son paroxysme. Hélas, il n’y a pas de règle pour saisir cette minute. En d’autres termes, il n’y a pas de mode d’emploi de la vie. C’est sûrement pour cela que certains êtres, capables de sauter à la gorge de l’instant, sont plus doués pour l’existence que d’autres, trop patauds. Ces équilibristes talentueux transforment les occasions en événement et les rêves en souvenirs. Ils savent saisir le moment favorable et se détacher du lieu convenable où sont tissées les amarres auxquelles nous regrettons de nous être attachés.

S’engager à la Légion pour moi reste une aventure, une opportunité de saisir la chance, de pouvoir bondir et profiter de ce qui se présentait là et maintenant, je savais qu’après il serait trop tard… La vie du légionnaire est toute entière dans cette divine et unique occasion et si la mort vient nous frapper en plein chemin, nous pourrons dire haut et fier que nous avons, sans regret, bien servi avec « honneur et fidélité ».

CM

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 1335 invités et aucun membre en ligne